CSDASP37

  • MAIL : csdasp37[at])no-log[dot]org
    TEL : 06 34 19 64 98
    Site Internet : CSDASP

Autres articles dans cette rubrique

Accueil du site // COLLECTIF // CSDASP // ENTRE LE CHARTER ET LE KARCHER

Actuellement, l’une des charnières principales autour de laquelle s’articulent les régimes autoritaires et les politiques oppressives est la chasse aux immigrés. Cette xénophobie, ce racisme d’état s’affiche et s’assume en tant que tel et permet ainsi aux partis conservateurs et de la droite extrême, décomplexée, d’accéder aux plus hauts degrés des appareils de l’état, comme c’est le cas notamment en Italie, en Hollande, en Belgique, en Suisse ou en Autriche.

La France n’est pas épargnée par ce fléau. Les migrants y sont également pris pour cible, afin de justifier l’échec des politiques économiques. Leurs droits sont ravagés et leur liberté d’installation compliquée à l’extrême. Le sinistre de l’identité nationale en est rendu à organiser des « chasses à coure » dans les bois du calaisis quand ce n’est pas dans la jungle urbaine, et à expulser les réfugiés afghans par charter européen alors même que la France est directement partie prenante des conflits dans ce pays.

Le gouvernement lance aujourd’hui une campagne nationale sur le thème « qu’est-ce qu’être français ? », après avoir, un an plus tôt organisé un sommet européen de l’immigration à Vichy. Ce débat s’avère d’ores et déjà éclairé à la lumière bleue des gyrophares du 9 place Beauvau, venues ramasser les corps de celles et ceux qui, à l’issu du débat, sont écartés et désignés comme « incivilisables ».

Malgré les sourires de façade, l’idéal de vie bourgeois, devenu invivable, ne fait plus illusion. Trouver un exutoire, qui permette de dévier l’attention des conflits qui entrainent l’accumulation des richesses, et d’assoir un peu plus le diktat, s’avère une priorité. L’exaltation nationaliste et civilisationnelle, à travers l’Europe forteresse, répond aux objectifs et intérêts que se fixent les couches dominantes.

Les guerres coloniales pour le contrôle et la détention des ressources énergétiques, la liberté de circulation cadenassée et restreinte aux marchandises (et leurs propriétaires) permettent entre autre de maintenir le pillage et la domination de l’empire sur les pays à sa merci, tout en refoulant les conséquences de cette exploitation.

La diffusion des théories nationalistes, qu’elles correspondent à des critères de race ou de patrie, s’expliquent également par les résonances qu’elles provoquent et trouvent dans les penchants apathiques et les instincts autoritaires des populations sur lesquelles elle s’exerce.
Pour ce faire les partis réactionnaires ont recours aux amalgames les plus grossiers, et tentent d’enraciner dans l’imaginaire collectif des rapprochements, par exemple entre immigration et insécurité, précarité et intérêts protectionnistes, valeurs traditionnelles de la famille et invasion islamique. La diffusion d’une telle idéologie nauséabonde repose sur l’idéal grégaire d’un homme fort, capable de repousser l’angoisse d’une terrible contamination du corps social, d’un patriarche salvateur et garant de l’ordre moral justifiant toutes les exactions et soumissions.

La question n’est pas « d’accueillir toutes la misère du monde » comme le fustigent déjà depuis trop longtemps certaines bonnes âmes pourtant si enclines à la charité, mais bien au contraire, de prendre le mal à la racine en faisant cesser, en enrayant cette domination et l’exploitation qu’elle entraîne. Que ce soit à l’extérieur de la muraille européenne ou à l’intérieur de celle-ci, de nombreuses luttes sont menées pour briser le tabou de cette idéologie identitaire et le clivage qui marque la distinction entre ceux dont on prétend ainsi défendre l’intégrité et ceux que la république n’arrive pas à digérer, ceux qui après avoir satisfait les appétits du patronat sont raflés et séquestrés dans des camps de rétention, ceux qui finissent noyés (comme à Marne la Vallée) ou défenestrés à la suite d’une contrôle aux faciès...

Certes, ces luttes peuvent sembler spécifiques, mais elles concernent tout le monde, migrants ou non, et participent à la construction d’un rapport de force plus global et concret, en tissant notamment des liens entre différentes luttes comme celles des squats et de la réquisition des logements vides par exemple, ou du travail. Le karcher ou le charter et l’enfermement ou l’exclusion ne sont pas des horizons indépassables comme voudrait nous le faire croire le gouvernement, ce ne sont que des moyens réactionnaires que ce vieux monde utilise pour maintenir et gérer les inégalités qu’il produit.


RASSEMBLEMENT DEVANT LA SALLE DES FÊTES DE PARÇAY MESLAY
MERCREDI 2 DECEMBRE 2009 à 17h30

C.S.D.A.S.P.37
Collectif de Soutien aux Demandeurs d’Asile et aux Sans-Papiers 37
06-34-19-64-98
csdasp37@no-log.org - http://csdasp37.free.fr


COLLECTIF ANTIFASCISTE 37
37antifa@gmail.com
http://caf-touraine.blogspot.com