Accueil du site // COLLECTIF // Collectif Précaire // interv à la CAF de Tours lundi 30-11 : le RSA c’est un droit

Le RSA c’est un droit ?

Intervention à la CAF lundi 30 novembre dernier par le collectif-précaires de Tours.



Le lundi 30 novembre, des membres du collectif-précaires de Tours sont intervenus à la CAF. Ils ont PERMIS DE DÉBLOQUER LA SITUATION d’une membre du collectif. Sa demande de RSA restait bloquée depuis 1 mois sans qu’elle ne touche son dû ; elle a par contre eu le temps d’être sommée de justifier plusieurs fois sa situation, avec même des menaces de suppressions de "prestations" si elle ne répondait pas illico. (Voir ci-dessous le tract dénonçant ce genre de situation, qui a été diffusé aux usagers et salariés pendant l’intervention)

À PLUSIEURS, ne serait-ce qu’à trois, LA SITUATION CHANGE. Notre intervention collective a permis une confrontation moins inégale entre le technicien et l’allocataire. Là, plus de sentiment d’être isolé face à un interlocuteur évanescent, et notre parole n’est plus sans effet.
Le technicien qui nous reçoit tous les trois, a pris à sa charge le dossier, fera preuve d’un suivi particulièrement attentif, et le dossier qui traînait depuis plusieurs semaines, sera réglé par la CAF en MOINS DE 24H ! (L’allocataire attend encore à ce jour le versement par la banque sur son compte...)
Nous avons entamé même un ÉCHANGE sur l’affaire et les méandres administratifs. Après une réévaluation des droits, l’agent nous éclaire aussi sur quelques points obscurs et répond à nos questions, on lui fait part de notre point de vue. L’agent nous affirme en substance que CE DOSSIER N’A PAS DE RAISON D’ÊTRE BLOQUÉ, que de son point de vue de technicien, LA DEMANDE ULTÉRIEURE DE PIÈCES ÉTAIT SANS FONDEMENT (dont des informations qu’ils ont déjà). Ainsi nous savons que des agents usent de zèle au détriment des usagers, pratiques qui ajoutent et profitent du flou qui entourent les procédures.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous. C’est pourquoi NOUS DÉNONCONS les blocages de dossiers, le zèle de certains agents, le flou dans lequel sont baladés les usagers quant aux exigences et droits, les pratiques visant à décourager les ayant-droits, les contrôles, les menaces, et surtout les pratiques qui privent de nombreuses personnes de leurs ressources !

C’EST POURQUOI NOUS INCITONS LES ALLOCATAIRES DE LA CAF ET AUTRES PRÉCAIRES À NE PAS RESTER ISOLÉS ET À SE MANIFESTER POUR PORTER UN COUP À DES SITUATIONS QU’IL EST TEMPS D’ARRÊTER D’ACCEPTER.

Infos subsidiaires :

- Le VERSEMENT DES DROITS RSA est à considérer à partir de la DATE D’OUVERTURE de la demande de RSA (le jour où on va retirer le formulaire sur lequel l’administration met son tampon avec la date) et non pas à la date de dépôt du dossier complet (et encore moins de la date de validation du dossier).

- Le formulaire de demande de RSA avec les PIÈCES déjà DEMANDÉES dedans, suffit pour instruire le dossier. Pour l’évaluation du montant des droits (et donc ce qu’il y a à déclarer), il est quand même préférable de voir ça avec les pièces (bulletins de salaire des 3 derniers mois précédant l’ouverture de la demande) et un agent, car il y a des subtilités techniques. Toutes demandes ultérieures de pièces ne servent pas à l’instruction du dossier de demande RSA, mais sont des contrôles, et ne doivent pas bloquer L’OUVERTURE DES DROITS.

- L’AVIS D’IMPOSITION, depuis cette année, n’est pas une pièce qui devrait être encore demandée, puisque les impôts et les administrations partagent désormais ces informations.


Le RSA c’est un droit ?

Des ressources pour tous !
Stop aux blocages de dossiers !
Marre des contrôles !

Aujourd’hui, nous venons dire notre ras le bol des petitesses administratives qui nous bouffent jusqu’à nos revenus qui ne tombent pas.

Voici une allocataire. Elle a fait une demande de RSA, parce que maintenant, les travailleurs-pauvres ont droit, paraît-il, à un complément de ressource.
Mais cette demande date déjà du mois d’octobre, et le RSA du mois de novembre qui devait tomber, n’est toujours pas là... Par contre les tracas, oui !
À l’attente du virement, s’ajoute ensuite des petites lettres de la CAF lui demandant chaque fois de nouveaux documents à fournir pour justifier de sa situation. L’allocataire s’exécute une première fois, mais se serait bien passée de cette suspicion, des supplémentaires démarches et paperasses justificatives à effectuer, et surtout de ne pas voir tomber son Revenu de Solidarité.
Dans sa dernière lettre reçue, la CAF menace même de lui couper ses "prestations", notamment si la petite dame ne répond pas assez vite (sous 8 jours !). Mais de quoi comptent-ils la priver ? Du RSA qu’elle n’a toujours pas perçu ? Ou bien aussi de l’Allocation logement ?!
Cela, la lettre signée de l’anonyme madame Caf, ne le précise pas.

La menace est là, pas le RSA !
... Et peut-être aussi l’Allocation logement n’est plus ?!
Pourquoi la CAF menace-t-elle ainsi les jours prochains de cette jeune femme ?!

Ce qui arrive à cette allocataire, d’autres le vivent aussi. N’Y AURAIT-IL PAS LÀ UNE VOLONTÉ DE DÉCOURAGER LES NOUVELLES PERSONNES QUI Y AURAIENT DROIT À DEMANDER LE RSA ?

SE RETROUVER SANS RESSOURCE OU ÊTRE MENACÉ DE L’ÊTRE, CE N’EST PAS UNE VIE.
DEVOIR SANS CESSE SE JUSTIFIER AUPRÈS DES AGENTS ET ADMINISTRATIONS, CE N’EST PAS UNE VIE.

C’est pourquoi le collectif-précaires de Tours se rend à la CAF aujourd’hui. Pour rétablir les droits de cette dame, débloquer son dossier et le versement de son RSA.
PARCE QU’ENSEMBLE, ON PEUT FAIRE VALOIR SES DROITS ET PORTER UN COUP À DES SITUATIONS QU’IL EST TEMPS D’ARRÊTER D’ACCEPTER.

Si nous intervenons collectivement aujourd’hui pour dénoncer le traitement fait aux usagers, à la CAF d’Indre-et-Loire, nous ne sommes pas isolés.

D’autres COLLECTIFS agissent dans plusieurs villes de France, interviennent pour débloquer des situations, mais aussi construire un mouvement de précaires afin de METTRE À MAL CES POLITIQUES ADMINISTRATIVES QUI NOUS FONT MAL ET NOUS ASSUJETTISSENT À L’ORDRE ÉCONOMIQUE.
Depuis le 28 NOVEMBRE JUSQU’AU 5 DÉCEMBRE, se déroulent des marches de précaires, avec des actions coordonnées dans des pôle-emploi, caf et mairies, des manifestations auront lieu SAMEDI 5 DÉCEMBRE dans plusieurs grandes villes.

De plus à Tours, les SALARIÉS DE LA CAF eux-même se rebiffent. Ils protestent contre leur conditions de travail, le développement de la souffrance au travail ; on peut voir la situation de ceux qui sont de l’autre côté du guichet comme un reflet de ce que nous subissons en tant qu’allocataires. Nous devons pouvoir engager échanges et solidarités avec eux.

Ni contrôle ni radiation !
Des ressources pour tous !

Collectif-précaires de Tours : precairestours@no-log.org ;
http://precairestours.eklablog.com ; 0659449916 ;
Réunion les Lundis 20h30 au pub L’Atelier (à l’étage).